LA CIVALE ET L'ECRIVAIN

Devant la vitrine de la librairie Torcatis
Devant la vitrine de la librairie Torcatis

 

 

 

 

 

 

Je ne sais s'il tape

sur des bambous,

mais il publie

des bouquins.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Celui-ci est son dix-huitème opus et lui, c'est Michel Démion, un Breton du Morbihan qui possède une belle voix de Celte, aux mediums suaves. Il nous en a fait la démonstration en pleine rue Mailly, a capella.

 

Samedi après-midi, profitant de la première vraie chaleur de 2014 sur Perpignan, nous sommes allés flâner au centre ville. Une halte obligatoire - c'est bon pour le moral - chez notre libraire favori et voilà-t-y pas qu'un "attaché commercial" tire avantage de mon arrêt non pas sur image mais devant l'étal pour commencer son boniment concernant une petite maison d'édition catalane. Moi, j'aime les livres et je l'écoute. Hélas, l'ouvrage proposé à ma curiosité, même s'il commence bien - un mystère autour de Paul Gauguin - est en fait construit comme un roman policier, pas mon genre. Notre homme, délaissant alors la promotion de son poulain, se lance sur les autres références à son catalogue. Il fait très bien son métier de vendeur de tapis, mais il est tombé sur la mauvaise personne : le Léon n'est guère réceptif.

 

Dès que la chalandise éventuelle laisse l'auteur lui-même un rien seul, j'en profite pour me rapprocher de lui, car là je suis une oreille plus bienveillante, voire docile. Je plante donc illico mon premier interlocuteur. L'histoire tourne autour du puits - vous savez, ce trou profond dont la vérité empoisonne l'eau - qu'avait fait creuser Paul Gauguin à Hiva Oa, dans les îles Marquises. Je n'en sais pas plus.

 

Par contre, l'auteur du polar se montre disert et possède au plus haut degré le sens de la communication : humour, sympathie, provoc', ainsi qu'un faciès très expressif, à la Galabru. Ayant quitté une première fois les bancs de l'école assez tôt, notre homme se retrouvera pourtant tantôt prothésiste dentaire, tantôt travailleur social, doctorat en sociologie en poche. La cinquantaine à peine passée, il négociera ensuite une retraite anticipée - ah, la France et sa satanée "retraite", la vraie préoccupation de ce peuple - et se mettra à voyager, n'hésitant pas à se lancer dans un tour du monde sur le mode routard. De là, il ramène une série d'idées et s'attèle notamment à l'écriture de l'ouvrage en question.

 

Il aime le vin, notre Morbihannais. Décidément: polar, routard, pinard ...

 

Curieuse rencontre d'un homme sympathique.

Ceci est une invitation à passer nous rendre visite

lors d'un prochain séjour dans les P.O.

C'est aussi un témoignage sur la difficulté qu'il y a

à vendre le produit de sa plume,

un peu comme le produit de sa vigne !

 

 

 Réf: Le Secret du Puits de Paul Gauguin (2014)

        Alex de St Prix, éditeur

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0