LÂCHEZ TOUT !

 

 

L'eau monte dans le sas de notre pénichette.

Ce n'est jamais effrayant mais le bateau

tangue un peu

au bout de ses amarres.

 

 

 

 

 

 

Le passage des écluses, maintenant automatiques et contrôlées par un préposé professionnel, n'est pas totalement dépourvu de danger, surtout lorsque des amateurs absolus comme nous arrivent à partager l'espace avec une autre embarcation.

 

Lors d'un épisode précédent, en 1993, j'ai vu des bateaux heurter une porte (mauvais "freinage") au bout de leur course ou bien légèrement être attirés vers celle du fond par les remous. 

 

Je ne connais pas bien les tenants et les aboutissants de la rupture entre notre camarade Pousson et la coopérative d'Embres & Castelmaure avec laquelle il entretenait une idylle depuis plusieurs décennies. Il avait contribué à la propulser à l'avant de la scène. Mais je tiens Vincent pour quelqu'un d'intègre et de passionné, amoureux fou du bon vin en plus. Je suis certain que cela l'a beaucoup heurté.

 

Il a dû ressentir à peu près la même chose que lorsque la porte d'une écluse commence à libérer son fardeau liquide et je lui souhaite une mise à niveau aussi souple et rapide que possible, ainsi qu'à son Isabelle de sommelière. S'il le souhaite, il sera toujours le bienvenu sur mon bief, à flot ou pas à flot.

 

Nous ne lui ferons pas boire de la flotte, ni prendre la tasse.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0