A DEMI MEAUX

Made in Selz-sur-Seine
Made in Selz-sur-Seine

 

 

 

Encore une de ces anecdotes

dont je suis friand.

 

 

 

 

 

Vous connaissez le Denis de mon blog, mon intrépide pêcheur de vieilles de l'île d'Yeu. Il est - bien involontairement - à la base d'une incroyable série d'enchaînements.

 

Pour commencer par le début, ce qui signe souvent le cheminement le plus logique, il faut vous rappeler que notre Cuvée La Loute possède un cercle croissant d'aficionados. Il en fait partie.

 

Au dernier Salon de l'Agriculture, un quidam qui milite pour l'obtention d'une appellation - au moins géographique protégée - pour les vins élaborés en Seine-et-Marne a reçu de mon Denis un flacon de ce bon carignan qui lui a plu, suffisamment pour qu'il m'envoie un mail à son sujet en tout cas. C'est par déduction que j'ai deviné la source de la bouteille car notre homme, originaire de Selz-sur-Seine dont il est d'ailleurs le maire sortant, n'a pas pu se fournir ailleurs : la cuvée est virtuellement introuvable en France, sorti de nos restaurateurs et du site de Christine.

 

De fil en aiguille et de carignan en contact, nous avons dîné ensemble à Epinay-sur-Orge, profitant d'une très longue soirée pour échantillonner l'un ou l'autre, pour boire plus que de raison, pour rencontrer une très séduisante guide touristique qui s'est proposée à nous faire visiter la belle ville de Provins dont elle est une spécialiste, pour s'énerver des complications de l'administration française et ...pour déguster la moutarde - deux versions au moins - que je vous illustre.

 

Monsieur l'ex-maire, d'un village où les cousins se marient tellement entre eux que la non-consanguinité passe pour de l'incongruité - dixit cette jeune dame - possède une ferme de polyculture où il tente de redonner vie à la moutarde, à l'orge, à la vigne, à de la production laitière etc ...

 

Homme élégant, plein de charme, décideur-né, il s'engage dans plein de causes qui pourraient être reprises par José Bové, alors que je ne le pense pas de même sensibilité politique. Mais comme nous passions une excellente soirée, j'ai rangé Lev Davidovitch au vestiaire et nous avons laissé les sujets qui fâchent dans leur casier.

 

Or donc, ses moutardes, voir le site, font appel à ses graines et à des condiments locaux. Il ne faut pas exagérer tout de même, E 330 ((l'acide citrique), E 300 (l'acide ascorbique), E 222 ( le ... SO2) et E 224 (son cousin le métabisulfite de potassium) contribuent à l'acidification et à limiter l'oxydation. Rien de bien méchant dans tout cela.

 

Il m'a fait l'honneur de me commander un large éventail de ce que la Coume Majou propose, pour deux dégustations entre amis. Je suis impatient de connaître leur verdict. Enfin, cerise sur le gâteau, il est depuis peu l'animateur d'un restaurant.

 

En résumé: Denis et moi prenons langue après avoir croisé nos plumes sur le "blog à Berthomeau", un rocardien comme ma mère, sauf qu'elle est une libérale dans le sang. Denis m'invite en Vendée insulaire, où notre rencontre physique a lieu. Via-via, Patrice déguste la Loute et me contacte. On se voit en banlieue parisienne et une guide touristique, bretonne ou normande d'origine, nous offre une découverte VIP de la magnifique ville de Provins, une des sous-préfectures de la Brie. Et nous ne dégustons pas du fromage, mais des succédanés de spécialité dijonnaise, sous-préfecture des ducs de Bourgogne, dont la véritable capitale a toujours été Bruges, contrée de naissance de ma mère.

 

La boucle est bouclée et Arno,

repris par Stefan Eicher, peut chanter:

"Putain, putain, c'est vachement bien,

car nous sommes tous des Européens !". 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0