LE S.I.A. A SAINT CHARLES, LA VIOQUE A LA RUE PEYRA

Post-prandiales, ces dames
Post-prandiales, ces dames

La "saison" des tomates

n'a pas encore commencé chez

Christophe Comes.

En fait, et son sommelier

et lui-même viennent

chacun de planter

les leurs (600 pieds

dans le potager du chef),

et la tramontane

les fait trembler.

 

 

Qu'à cela ne tienne, la "vioque" de ce blog, alias le Dr Monique Dehaze-Charlier, a eu droit à sa déclinaison de thon jaune - l'albacore, encore appelé "ahi" ou yellowfin - et autant de versions d"asperges. Au dessert, ce furent les maras des bois qui garnirent une assiette exhibant au moins dix variantes de préparation pour ce fruit.

 

Pour Christine et moi, ce fut du pagre, "façon Galinette". Ici, le poisson est toujours magnifiquement désarrêté et la cuisson laisse intacte la jolie couleur rose-orangé de la caudale, tandis que la chair demeure moelleuse à son épaisseur la plus importante. Les petits artichauts violets et un jeune oignon fondant constituent une classique "barigoule" qui nous a laissés l'estomac dispo et la vésicule bien contractée: pas de boldo avant le dodo ! C'est bon de déguster Gershwin *.

 

Vous avez immédiatement déviné à la mine réjouie de l'ancêtre que le peu de blanc qui reste - momentanément - au fond du verre doit être du Sancerre. Ben voyons ! 

 

Chez les chefs, la mine était un peu moins réjouie depuis la fin de l'hiver. Les promenades en scooter du président, les bruits de bottes en Ukraine, les campagnes électorales sans fin, le succès - très relatif en fait - de l'extrême droite et la déliquescence du clientélisme du PS inquiètent les dîneurs. Nous en avons ressenti le contrecoup nous-mêmes, en constatant une baisse momentanée du rythme des commandes et un allongement du délai de paiement. Heureusement, la tendance s'inverse pour l'instant et avril a vu un bon redémarrage.

 

Le Salon International d'Affaires qui se tient à Saint Charles (13-14-15 mai) a rempli tous les hôtels décents du département. Ce marché permet l'entrée dans l'UE des produits fruitiers et maraîchers marocains et la distribution, avant de filer à Rungis, de la chimie venue d'Espagne, le tout sous le regard amusé des Hollandais vendeurs de hors-sol. Si le florin s'est fait européen, ces disciples de Calvin continuent d'occuper le jardin ! 

 

Mais, sorti du Mercure de Perpi, les hôtels de standing ne se trouvent pas à proximité des bonnes tables de chez nous et c'est la zone de la Porte d'Espagne et du Serrat d'en Vaquer, avec leurs cantines aseptisées de luxe, qui attire les grosses légumes du milieu des fruits et légumes.

 

Je vous incite, vous les Belges qui fréquenteront notre littoral cet été, à ne pas oublier l'extrémité du Pont Joffre lorsque vous nous rendrez visite à la cave. Il ne faut que 20 minutes pour y aller au départ de Corneilla .

 

Merci à toute l'équipe pour son accueil chaleureux et à bientôt. Je vous souhaite de pouvoir profiter d'une avant-saison radieuse, de la plaine du Roussillon jusqu'en Cerdagne en passant par Montner, avant que l'été ne vide l'arrière-pays au profit des plages de sable.

 

 

* : le pagre commun est appelé red porgy en anglais

 

 

LA GALINETTE

23 rue Jean Payra à Perpignan

T° 04.68.35.00.90

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0