ALORS, J'EN SUIS LE ROI

Démocrite (460-370)
Démocrite (460-370)

 

 

 

 

Ce matin de bonne heure,

une voix au timbre peu sincère,

comme contrefaite,

subissait une "interview vérité"

à la radio publique régionale.

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agissait d'un cadre de la Caisse d'Epargne régionale y ayant obtenu une sinécure comme fonction, afin d'avoir assez de temps libre pour fonder et ensuite animer le Centre Méditerranéen de Littérature (CML). Après dix années passées ici, et un intérêt affirmé pour le livre mais aussi pour le bassin méditerranéen, j'avoue n'avoir eu aucun contact avec cette organisation, ni même en avoir jamais entendu parler. C'est dire que son cercle et le mien présentent peu d'intersections.

 

Sur un ton affecté, le personnage prétendait que l'abbé Pierre et Coluche sont ses deux modèles, disant du dernier qu'il était un "saint laïque". Avec fausse modestie, il affirmait aussi souhaiter qu'on se souvienne de lui comme quelqu'un qui aimait le livre, enchaînant immédiatement sur son "palmarès" personnel; autant d'années de ceci, autant de cela, 700 écrivains rencontrés ... et j'en passe.

 

Je suis allé voir sur son blog: il y figure en photo aux côtés de tout ce qu'il a fréquenté comme célébrités ou demi-célébrités, hommes politiques et potentats locaux. Dans les comités de lecture et jurys qu'il compose, on trouve en vrac des écrivains à l'oecuménisme patent comme Amin Maalouf, mais aussi les frères Poivre (devenus ensuite d'Arvor) et ... le maire de Perpignan, plume célèbre entre toutes. Ne manque que Giscard au tableau.

 

Le clou de l'interview de ce simili bedeau, de ce presque sacristain n'arrive qu'à la fin. Si on le mettait en prison, il passerait son temps à prier, dit-il. Mieux encore, il réclame comme dicton favori: "Le hasard n'existe pas, c'est le royaume des imbéciles". Et il ajoute se confesser fréquemment car chaque matin il se réveille avec la conscience de ses péchés.

 

Et bien, cher monsieur, je partage avec vous un nombre incalculable de péchés, dont certainement la gourmandise. Mais les vôtres seraient plutôt - sous de faux-semblants - liés à l'orgueil. Si la tartufferie en était un, vous y excèleriez aussi.

 

Non, cher monsieur, le hasard n'est pas le royaume des imbéciles, où alors j'aspire à en devenir le roi. Le hasard gouverne tout et sans lui rien n'existe. Il n'y a aucune finalité ici bas, et aucune destinée fixée d'avance, aucune volonté suprême, aucun projet grandiose.

 

Comme vous, j'admire l'abbé Pierre et Michel Colucci, mais tous deux étaient également pétris d'orgueil, de soif de reconnaissance. Il n'y a d'ailleurs aucun mal à cela; il faut simplement ne pas s'en défausser. Je respecte profondément votre sens du sacré et compatis à votre besoin de prière expiatoire.

 

Vous m'avez presque mis de mauvaise humeur:

pauvre Pierre, pauvre Michel.

Heureusement que vos carcasses,

matière organique redevenue matière, n'ont pas dû

entendre le témoignage de ce Scapin.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Charlier (lundi, 21 avril 2014 11:45)

    Putain de camion !