UN VOYAGE RISQUÉ

Cicadelle B-777
Cicadelle B-777

 

 

 

 

 

On ne saura jamais

ce qui s’est passé

avec le vol MH 370.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christine prend énormément de plaisir à échafauder des hypothèses rocambolesques, romantiques ou burlesques. Elle s'y complaît, s'y vautre avec délectation. Si j’avais le dixième de son imagination, et un talent de plumitif beaucoup plus grand, je serais auteur à succès. Elle puise une partie de cette ressource dans la lecture d’autres « raconteurs d’histoire ». Ainsi, elle m’a fait passer des considérations intéressantes, voire même troublantes, provenant de quelques créateurs d’élucubrations

 

Tel est par exemple Michel Duchaine (voir ICI). Il n’en demeure pas moins qu’un contrat concernant des systèmes de détection d’objets volants qui voit disparaître d’un coup 4 des 5 associés, laissant le cinquième (dans la mouvance Rothschild si j’ai bien compris) virtuellement détenteur du brevet est une chose curieuse. Le décès de vingt spécialistes du même domaine lors de la volatilisation de l’appareil est curieux aussi. Les circonstances de toute l’affaire, les cafouillages dans les media, les atermoiements du gouvernement malaisien, l’embarras de la Chine, les déclarations techniques péremptoires – et sans doute exactes – de la part du constructeur Boeing, la mise en branle de toute une armada de recherche internationale  .... vraiment bizarre.

 

On ne saura jamais rien.

 

Plus modestement, du temps où j’étais indirectement placé sous l’autorité de Joseph Paulus, gen. man. de Beecham Pharma en Belgique à l’époque, il refusait de laisser voyager ensemble tout son personnel lors de déplacements internationaux (séminaires et autres). Or, il ne s’agissait que de « petits employés », je veux dire pas de savants détenant une connaissance difficilement remplaçable, même pas moi (hihi, joke). Je pense qu’il avait bigrement raison. Pourtant, en dépit de la décimation d’une équipe de football du Merseyside à la fin des années ‘50, dont un survivant célèbre fut l’habile Bobby Charlton, je pense que les sportifs mancuniens prennent toujours l’avion tous ensemble à l’heure actuelle.

 

Qu’en est-il des cicadelles vectrices de la flavescence dorée ? Est-ce qu’elles vont envoyer leurs escadrilles meutrières par vagues successives dans les départements dont les préfets inféodés à l’agrochimie du phytosanitaire insistent sur une aspersion prophylactique large du vignoble dans son ensemble par les organo-phosphorés ?  Ou bien vont-elles gentiment se laisser éradiquer, génération par génération ?

 

On compare le nouveau premier ministre de la France – mais apparemment pas de tous les Français, si j’en juge par la presse nationale – à M. Sarkozy, en raison de son côté « excité », « mêle-tout » et «effets de manche ». Est-ce qu’il ne pourrait pas partir en guerre contre les phytoplasmes ?

 

Ils ne doivent pas être bien plus terribles 

que Lakshmi Narayan Mittal !

 

 

 

PS : Ne vous méprenez pas, je suis partisan d’un plan de lutte efficace contre la flavescence de la vigne, qui est un vrai fléau. Mais il doit être adapté au cas par cas et dépassionné. Par contre, laissez les gens gérer eux-mêmes leurs flatulences, c’est si bon un cassoulet bien doré. 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0