EN PASSANT PAR CASTELMAURE, AVEC MA KANGOO ...

La nostalgie, camarade ...
La nostalgie, camarade ...

 

 

 

Rencontrai des cuves pleines,

avec ma Kangoo ...

 

 

 

 

 

 

Hier, notre devoir électoral une fois accompli, j’ai précisé à Christine que je souhaitais délaisser la paperasse de ma comptabilité, pourtant bien en retard, pour aller faire un tour. Et nous avons choisi Lagrasse. Je vous en reparlerai.

 

Plutôt que de suivre l’autoroute jusqu’à Lézignan, certainement l’option la plus directe, mais qui serait aussi la plus coûteuse (distance et péage), nous avons suivi les chemins de traverse par la vallée de l’Agly (Espira), les limites de Rivesaltes puis son prolongement audois par les Corbières presque maritimes et un coin de l’appellation Fitou, avant de filer résolument vers le nord et de franchir les crêtes pour découvrir la plaine de l’Aude qui s’étend à perte de vue, vers le Cabardès et la Montagne Noire.

 

C’est ainsi que le hameau d’Embres et Castelmaure, si cher à Vincent Pousson, est apparu au détour d’un virage. J’aurais pu vous montrer le chai moderne réalisé tout en alu par Lacaton et Vassal. Mais je n’aime pas les « chais d’architectes » davantage que les « maisons d’architecte », surtout s’il s’y sont mis à deux – d’où le « s » final. Donc, vous avez droit à la structure de plus pur style sovkhozien, créée en 1921 – les dates coïncident – et retapée en 2009. Les quelques Embrémaurais inscrits sur les listes électorales locales quittaient le bureau de vote, mais le caveau, lui, était bel et bien ouvert à tout quidam souhaitant déguster.

 

J’ai failli succomber – la gamme est variée et je ne connais pas toutes les cuvées, le schiste et le calcaire jouant à quatre mains – mais l’époque n’est pas à la dépense pour renflouer la cave privée, à la Coume Majou, et j’ai horreur de profiter de la gentillesse des gens : on ne déguste pas à l’heure de l’apéro sans intention d’achat.

 

Enfin, dans mon éthique à moi.

 

 

 

 

PS : On apprend incidemment que le concierge semble disposer de la télévision

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0