LE PRÉFÉRÉ DU CAPITAINE DES DRAGONS

De "Dragonder"
De "Dragonder"

 

 

 

 

Je n’ai pas vu

son « thuishaven »

 

 

 

 

 

... et ne peux donc vous expliquer pourquoi cette belle goélette a été baptisée « Dragonder ». Si je me souviens bien, il s’agissait d’infantéristes se déplaçant à cheval (mobilité) mais combattant à pied.

 

Malgré la petite irisation qui a frappé une des lentilles, j’ai quand même retenu cette image qui rend assez bien l’ambiance du couchant sur le port de Gruissan. Pour éviter toute question malvenue de la part de mon frère, plus fier comme gabier que sur une selle à mi-chemin du Galibier, je précise que les deux mâts sont de hauteur identique. Pas question pour les gens à bord de jouer à « ketschje t’es vu ».

 

Le plus surprenant, au fil des appontements, fut pour nous la taille des bateaux. Pour les nouvelles unités, les constructeurs nous facilitent la tâche : ils les appellent « 31 », « 37 » mais surtout « 45 », « 47 », « 55 » et bien plus encore. Sinon, il suffit d’arpenter le quai et de compter ses pas. Enfin, le long d’une série de boutiques (accastillage, crème glacée, mode, coiffeur ....) étaient rangés des demi-douzaines de grands cabiniers (> 15 mètres) à mât unique, flambant neufs, propres, portant la même marque sur les sacs contenant les voiles et apparemment prêts à prendre la mer. Je suppose qu’il s’agit d’engins de location (équipage fourni). Cela doit être assez sympa.

 

Budget en conséquence.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0