LES PREMIÈRES DE L’ANNÉE

Celles du 13 mars
Celles du 13 mars

 

 

 

 

 

 

De pleine terre

et de l’Aude

(Villasavary),

achetées au

bord du champ,

voici mes

premières blanches

de l’année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christine avait des livraisons et une dégustation en Haute-Garonne ce matin. Tant qu’à faire, elle a ramené du pain cuit au feu de bois par le boulanger engagé par le nouvel étoilé Michelin de Quint-Fonsegrives, En Pleine Nature, et ensuite, elle s’est arrêtée chez notre petit maraîcher du Razès. Les toutes premières asperges blanches, limitées à 1,5 kg par client et facturées ... 6 € TTC du kilo – je vous le jure – ont donc rejoint ma cocotte à asperges pour un bon 15 minutes d’ébouillantage. Elles sont encore un peu fibreuses et j’ai donc « forcé » sur la cuisson. Goût délicieux par contre.

 

Il me reste du muscat alsacien des années précédentes, mais c’est l’échantillon de Cuvée Civale 2013, entamé aujourd’hui, que j’ai retenu : PAR-FAIT.

 

Dépêchez-vous donc de vous procurer notre petit Blanc de Coume Majou (via La Cave de Christine) : j’en ai élaboré environ 1.500 bt, de ce macabeu pur jus, puisque les sangliers me l’ont laissé en paix cette année. Mais le quart est déjà vendu et livré, un mois après sa mise. Pour les Belges, vous aurez la possibilité d’en boire au Jardin Pairi-Daiza, qui m’en a commandé avant que sa mise ne fût finie – merci de cette preuve de confiance – et sans doute dans le restaurant de mon ami Saburo Inada. Il m’en a réservé mais je ne l’ai pas encore livré. Une amitié qui remonte à 1991 fait qu’il en a s’il en veut .... les millésimes où ce vin peut exister par la grâce de la gent porcine. Je répète à qui veut l’entendre que, au-delà de la gentillesse foncière du chef, c’est la table que je préfère dans la capitale belge. Vous savez qu’en plus, il a énormément d’humour. Il a ainsi marié à deux reprises un de mes tous bons amis et voulait inscrire à chaque fois sur la pièce montée du dessert : « Amour éternel ».

 

 

Quel saké farceur ! 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    xavier van der ghinst (samedi, 15 mars 2014 09:17)

    effectivement j'ai la chance d'avoir embarqué dans cette amitié en 91. Je témoigne des qualités gastronomiques de Saburo mais surtout humaines...
    pour le reste : il faut regarder devant soi doncjamais deux sans trois...hélas.
    mon psy dira que c'est pcq. Inada cuisine si bien....