CHAPELLE SAINT-MARTIN : DEUXIÈME TENTATIVE

Vue sur l'Aspres
Vue sur l'Aspres

 

 

 

Camélas

ne nous a pas

totalement souri.

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre dernière sortie à Camélas nous avait laissés à mi-chemin sur le sentier qui monte vers la Chapelle Saint-Martin (voir ICI). Cette fois, nous espérions atteindre le sommet. L’itinéraire, plus ardu que prévu, a découragé la Civale sur la fin et moi je n’ai pas voulu prendre le risque de la voir déraper sur cette pente raide, d’autant qu’elle craint le vide et est sujette à ce qu’elle appelle, un peu à tort, le « vertige ».

 

J’ai donc atteint, avec quelques longueurs d’avance sur elle, le dernier faux plat qui nous aurait amenés en vue du sanctuaire mais il aurait fallu encore une bonne demi-heure de carapatage. La troisième fois sera la bonne, vraies chaussures  de rando avec semelles en bon état aux pieds et ... seringue d’insuline en poche.

 

Mais, jugez-en sur mon cliché, la vue valait déjà la peine. On regarde vers le sud et le « Pic de Majorque », plein champ, surplombe le vieux village médiéval de Castelnou qu’on distingue à la limite de la végétation. Christine, elle, apparaît dans l’ombre à l’avant-plan. A l’horizon sur la gauche du cliché ... la Méditerranée, rendue floue par un halo lié pour moitié à la pollution atmosphérique, et pour l’autre à une inversion thermique, je crois. Il n’y a pas un pet de vent.

 

Bon, la tour de l’église vient d’égréner ses derniers sons de cloche, la république laïque de France rendant aphone le Pout-Puissant après 22 heures. Pour les coqs, c’est pire : on préconise la cordectomie dans les villages à présent car les bobos des villes en goguette ne supportent pas un beau cocorico quand ils font la grasse matinée.

 

Je vous laisse, le programme de demain est chargé.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0