PORTUM VENERIS .... WAAR BELGEN THUIS ZIJN

Le doux mirage de l'été
Le doux mirage de l'été

 

 

 

A plus d’un titre

 

 

 

 

 

 

 

Port-Vendres abrite des Belges. Notre compatriote Bart Thoelen, ex-macaron Michelin, allait y acheter son poisson au retour des petits métiers. On murmure qu’une maison médicale va bientôt y voir le jour, où certains intervenants – c’est comme cela qu’on dit maintenant – pourraient bien porter la même nationalité que moi.

 

Une institution locale trône sur la route de corniche qui file vers Banyuls, tout en haut du village : l’Hôtel-restaurant « Le Cèdre ». Il est entre des mains belges depuis 1999 (nonante-neuf !) et c’est actuellement le fils des premiers repreneurs liégeois, Xavier Mahaux, qui en est le maître d’oeuvre. Normal, me direz-vous, il est architecte de formation. Sa femme, elle, exerce une profession para-médicale par ici. Ceci confirme ce que me disait notre consul honoraire, Madame Devos, lors de mon installation, il y a bientôt dix ans : la première ethnie non-française des Pyérénées Orientales, ce sont les Belges. Ce qui est remarquable, c’est qu’il s’agit d’actifs. Bien sûr, nous y avons notre cohorte de retraités venant passer leurs vieux jours au soleil – et dans la tramontane – mais nous sommes aussi hôteliers ou restaurateurs, médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, prothésistes, logopèdes (on dit « orthophoniste » ici), sages-femmes, maçons, électriciens, plombiers. J’y connais personnellement au moins trois vignerons, et pas les pires !

 

Le restaurant de notre établissement du jour, Les Jardins du Cèdre, dispose de deux endroits privilégiés : une salle-à-manger très réussie tout d’abord, blanc nacré avec des touches colorées, aux tables bien espacées. Son acoustique est malheureusment imparfaite lorsqu’il y a beaucoup de monde et la direction améliore par petites touches cet état de choses tant cette science est empirique. Et surtout, à la belle saison (six mois par an chez nous), une des plus belles terrasses sur le Golfe du Lion, où vous profitez de l’ombre d’un vieux cèdre pluricentenaire et d’une vue sur la baie de Port-Vendres qui s’étend jusqu’à Tamanrasset par beau temps. Bon, j’exagère un peu, Bab-el-Mansour suffira pour l’exotisme.

 

On y sert à midi un lunch trois services pour ... 19 euros, y compris le samedi. Son point fort : la qualité des produits et l’exactitude des cuissons. Sinon, la carte est courte : ceci garantit la fraîcheur des arrivages. Mais elle est aussi très variée et change tout le temps. Monsieur Mahaux a toujours réussi à choisir de très bons chefs, mais ils ont été volatils. Dame, les bons veulent tôt ou tard s’établir à leur compte, quitte à déménager. En outre, notre département a du mal à faire le plein durant la saison hivernale et ce caractère saisonnnier représente un réel handicap économique. Cette fois, son collaborateur a une motivation familiale forte pour se fixer en pays catalan : le désir de son épouse ! Et il n’a pas son pareil pour vous confectionner des plats construits sur la fraîcheur et l’harmonie, aux cuissons justes. Ajoutez à cela que la carte des vins embrasse la plupart des zones viticoles intéressantes chez nous, réservant une belle place à l’Agly, et donc à bibi.

 

Corollaire à tout cela : Bibendum, dans sa sagesse, vient de décerner deux « fourchettes » à notre compatriote dans son guide 2014, et c’est amplement mérité.

 

Vous attendez toujours de moi un scoop; le voici. Xavier Mahaux et son sommelier on choisi un poisson d’avril adéquat : ils rendront visite à notre domaine le 1er avril prochain. Comme le mardi midi est normalement chômé hors saison pour eux, je pense les garder à déjeuner. Je viens en effet d’accepter une proposition de sponsoring de la part de Nestlé : ils vont en prendre, de la barbaque trop cuite, du poisson dégoulinant d’huile de friture, du glutamate, du E 220, du E 241. Je trépigne d’impatience de mettre El Bulli minable, de ridiculiser Mona, de renvoyer mon petit camarade Sang Hoon poursuivre son étude d’Hervé This.

 

Je prouverai ainsi ce que tout le monde murmure sous le manteau :

« La cuisine française est la meilleure au monde,

quand ce sont des Belges qui la réalisent ». 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0