MANNIX CHEZ LES GUEUX

A Gaasbeek
A Gaasbeek

 

 

 

 

 

 

 

Tout commence avec

la Pragmatique Sanction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On est en 1549 et le plus grand chef d’état de tous les temps – normal, il est gantois – promulgue sa Pragmatique Sanction. Depuis l’empire romain, cette forme de loi passée à la demande d’un haut fonctionnaire concerne des thèmes d’intérêt public général et a la particularité d’entrer immédiatement en vigueur.

 

Elle va en quelque sorte servir de fondement à la naissance de deux états souverains quelques siècles plus tard : la Belgique et les Pays-Bas. En attendant, elle scinde du giron français d’une part, et de celui du Saint-Empire, d’autre part, une série de fiefs, parfois individualisés par les Ducs de Bourgogne d’ailleurs – des Brugeois cette fois-ci ! - , qui vont constituer les Dix-Sept Provinces, autre nom pour les Pays-bas des Habsbourg / espagnols. Au-delà des implications géographiques de cette mesure, c’est Philippe II qui deviendra le souverain unique de cette région, après l’abdication de son père. Dès lors, un seul maître et une seule religion : catholique bien sûr.

 

Or, nos territoires viennent d’être atteints par le courant réformiste : nous faisons commerce avec la Hanse, des moines augustins ayant suivi l’enseignement de Luther s’établissent en province d’Anvers et une vague calviniste va même déferler.

 

Contre-réformateur véhément, Philippe fait publier des Placards, édits punissant l’hérésie de mort. Cela déclenche la Beeldenstorm, insurrection iconoclaste, dans l’arrière-pays dunkerquois tout d’abord et notamment à Steenvoorde. Nous reparlerons de ce village fort bientôt.

 

Nous avons vu que le pauvre Comte d’Egmont, propriétaire du Château de Gaasbeek, fervent catholique quant à lui, a aussi fait partie de l’opposition à l’envoyé du roi d’Espagne, l’abominable Duc d’Albe.

 

 

 

C’est dans ce contexte que vous retrouvez Mannix,

le cocker roux de la mère de Johan et Loïc,

joliment campé entre les pieds de la fatima

portant voile que je vous présente.

Dame, une Civale amalfitaine supporte

difficilement la bise brabançonne.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Patou (jeudi, 06 mars 2014 09:20)

    Je vous prête Mannix pour toutes les promenades que vous souhaitez, mes enfants! Il est rentré fatigué et ravi...