LA SAGA DU NORMAND CONTINUE

Collection 10/18
Collection 10/18

 

 

 

 

Il ne s’agit pas

d’une ballade

racontant l’histoire

de gens heureux.

 

 

 

 

 

 

 

J’avais évoqué ICI la sympathique série « à la Bob Morane » de Viviane Moore. Son tome IV relate des événements remontant à 800 ans avant ma naissance et décrit une Sicile différente de celle que j’ai pu visiter, reprenant de-ci de-là des bribes de Gattopardo, des relents de Corleone et même des traits de l’île rivale (voir l’Accabadora de Michela Murgia). Mais c’est aussi Amin Maalouf et ses vues sur les croisades, et ce que je sais des Templiers, qui refont surface. Cela se lit d’une traite.

 

Enfin, plus prenant encore quoiqu’archi-prévisible, le tome V nous refait le coup du loup du Gévaudan.

 

Une question : quelle est la part de catharsis chez tous les auteur(e)s qui décrivent avec complaisance et en même temps une certaine distance des horreurs, de la barbarie, du sadisme et des formes perverties de l’érotisme ? Nous aimons à les lire, certes, mais, ici en tout cas, ils ne sont pas indispensables au fil du récit.

 

Je reste souvent impassible devant un écran – impossible pour moi de qualifier « d’art » ce qui pour certains est le septième – me répétant que « c’est du cinéma ». Mais je suis très bon public pour les romans, me glissant corps et âme dans le déroulement : mon imagination peu fertile arrive à broder sur la trame que m’offre l’écrivain, tandis que je ne me sens que le témoin indifférent de l’image forcée que m’impose la caméra.

 

Il me semble que je vais entamer sans tarder

les deux épisodes suivants, pour connaître la fin.

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0