ELLE NE PARLERA PLUS

Soutine revisited
Soutine revisited

 

 

 

 

 

 

Ce premier billet du dernier jour

où l’on peut présenter ses voeux

me remplit de tristesse,

d’une tristesse sereine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce blog traduit des humeurs personnelles. Il n’est pas l’organe d’un site de vente de vin, comme l’Osservatore Romano ou le Vedomosti sont ceux ceux du

Saint-Siège ou de Saint-Pétersbourg. Ne soyez donc pas surpris de l’impudeur sentimentale qui l’habite. Celle-ci représente une de mes caractéristiques fondamentales.

 

En 1995, Paul Linkowski – qui était à l’époque le second du service de psychiatrie de l’hôpital Erasme – avec qui j’organisais des dégustations de vin, m’avait recommandé un collègue (« une vraie tête de psy », m’avait-il dit ) pour m’aider à surmonter une dépression réactionnelle qui s’installait profondément. Il m’avait rendu un fier service car le bonhomme en question a très bien fait son travail, me tirant durablement de ce mauvais pas. Il m’avait toutefois signalé que, à son avis, je devrais entamer une psychanalyse solide. Je pense qu’il est décédé depuis lors. Paul, lui, est devenu professeur de psychiatrie et chef du service du même hôpital.

 

Quelques années plus tard, la vie a donné raison à ce vieux shrink et j’ai éprouvé le besoin de faire ce travail sur moi-même. Mon meilleur ami (ils sont un triumvirat à pouvoir prétendre à ce titre, hélas pour eux !) m’a renvoyé à son père, psychiatre dont les 20 dernières années d’existence ont été consacrées à analyser des futurs thérapeutes, pour me confier à la personne qui convient.

 

Après mon coup de téléphone, il m’a dit avec l’accent de Westkapelle : « Ik zal een goed iemand voor jou vinden ». Vingt-quatre heures plus tard, je prenais rendez-vous chez la dame en question. Et nous nous sommes vus pendant six ans, plusieurs fois par semaine.

 

Elle m’a réellement parlé deux fois, en dehors des petites conversations sociales de la vie de tous les jours :

 

- La première fois, environ six mois après le début de notre relation thérapeutique, elle eut un moment d’impatience et laissa échapper avec irritation : - « Qu’est-ce que vous avez une vision sombre du monde ! ». Je lui fis alors remarquer qu’elle quittait son rôle et sa neutralité mais cela m’a appris beaucoup de choses en peu de temps. Il faut dire qu’une femme à qui je tenais m’a quitté deux fois, à deux époques différentes de mon existence, pour la même raison. Et la mère d’un flirt de jeunesse chez qui je passais mes vacances d’été m’a prié de partir, non pas parce que j’étais impoli ni que je m’occupais mal de sa fille, mais car « mon pessimisme lui gâchait ses vacances ». J’ai obtempéré, et pourtant sa fille était plus que désirable ....

 

- La deuxième fois .... détermina ma présence à Corneilla. On se voyait depuis plus de cinq années et elle lâcha : - « Mais sapristi, vous n’avez toujours pas compris que vous ne serez pas heureux tant que vous n’aurez pas fait de vin ! ».

Je me suis retourné et lui ai dit tout de go : - « Mais, vous parlez ! ».

 

Et je suis devenu vigneron, pour le meilleur (qui se dessine à l’horizon)

et pour le pire (que je laisse petit à petit derrière moi).

 

 

Il y a deux mois, j’ai essayé de la joindre au téléphone mais Belgacom ne lui connaissait plus de ligne fixe.

 

En fait, elle ne parlera plus ; mon ami m’a appris qu’elle nous a quittés le 27 août dernier.

 

Je ne savais rien d’elle. Elle avait trois filles : une dont j’ai entendu la voix au travers d’une porte fermée ; une autre (ou la même) était neurologue, du moins je le crois ; quant à la troisième .... Qu’elles acceptent mes condoléances.

 

Nicole Werbrouck a fait preuve avec moi d’une empathie, d’un dévouement,

d’une générosité, d’une finesse et d’une intelligence hors du commun.

Elle m’avait dit – nous discutions à bâtons rompus,

en dehors des séances, de sujets et d’autres –

que je présentais un transfert « neutre », les plus faciles à gérer.

En fait, je l’ai tout de suite adorée.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Patricia Pereira Marques (jeudi, 31 janvier 2013 12:40)

    je ne l'ai vu qu'un ou deux fois, mais je retiens sa voix rauque et son regard décidé et doux en même temps! Bon Voyage à Nicole et toutes mes condoléances à sa famille. Luc malheureusement, je pense que tu as perdu en plus d'une professionnelle une amie, une vrai qui ne compte jamais! C'est triste...

  • #2

    Xavier Van der Ghinst (jeudi, 31 janvier 2013 16:45)

    Lucky, je pense me reconnaître dans le triumvirat . les amis se comptent sur les doigts d'une main, à l'inverse des conseilleurs qui ne sont..., grâce à toi j'ai eu l'occasion de travailler ave cette femme exceptionnelle qui est aussi sorti de sa neutralité avec moi...hélas peut-être pas assez...la vie va vite profitons en et mort aux conseilleurs et autres cons

  • #3

    Dina Claeys (jeudi, 22 septembre 2016 00:08)

    Cher Monsieur, pour une réunion de Rhétorique (1959) en octobre prochain je cherche à trouver Nicole Van Wolput - née à Bruges. Son dernier email était nic.werbrouck@yahoo.fr.
    La Nicole Werbrouck dont vous parlez serait elle notre Nicole Van Wolput qui étudiait avec nous á Hemelsdaele à Bruges de 1953 á 1959.

  • #4

    Luc Charlier (jeudi, 22 septembre 2016 08:12)

    Beste Mw. Claeys,
    Ik vrees dat het wel degelijk over dezelfde - fantastiche - persoon gaat. Haar e-mail klopt. Ze sprak Nederlands met een West-Vlaams accent en werd opgeleid door René Ingels, een psychiater uit ... Westkapelle! Mocht U verdere inlichtingen wensen - ik zit op het einde van mijn vendange-periode - stuur mij gewoon uw e-mail naar charlier.luc@wanadoo.fr en ik zal de nodige opzoekingen doen om U de gegevens van haar dochters door te spelen. Ik mis nog steeds haar warme persoonlijkheid et haar vriendelijkheid. Zij heeft mij veel bijgebracht.

  • #5

    Del Lever (mardi, 31 janvier 2017 10:59)


    An intriguing discussion is worth comment. There's no doubt that that you should publish more about this subject matter, it might not be a taboo subject but usually folks don't talk about these topics. To the next! All the best!!